La Roumanie

Bucarest

La nuit c’est bien passée. J’ai été contrôlé au moins six fois. A chaque fois pour des choses différentes : photo du passeport, prise du nom sur un fichier, date de validité du passeport, contenu des bagages, estampillage du passeport, contrôle du billet de train. En me réveillant la nuit (train sans couchette, juste assis), j’ai admiré un superbe paysage, des gorges avec la rivière qui coule en bas.

 

 

La campagne roumaine me semble pauvre. Elle me rappelle l’Egypte par moment (boeuf, âne, charrue,..) mais quelques industries en très mauvais état font la différence.

Bucarest : me voilà à l’hôtel. J’ai retrouvé Dan, une connaissance roumaine de Belgique, à la gare. C’est génial, j’ai visité Bucarest avec lui. Il m’a raconté la révolution qu’il a vécue en 1989. Il m’explique la vie roumaine, et je me rends compte qu’à part le pouvoir d’achat il n’y a pas grand chose de différend avec la Belgique. Le manque total d’architecture peut-être, ceci dû au fait que Ceausescu a tout détruit pour reconstruire.

Ce soir là, c’était le match de coupe du monde Roumanie-Croatie. J’ai regardé le match avec Dan. Les roumains ont perdus. Dommage, j’aurais voulu voir Bucarest avec toute sa population dans les rues. C’est amusant, quand Dan parle de la Roumanie il dit mon pays et quand il parle de la Belgique il dit notre pays. C’est comme une double identité. J’ai rencontré deux roumains durant le match, deux étudiants qui ont pu m’expliquer leur pays. Cela confirme les dires de Dan. Eux veulent connaître la Belgique.

 

De retour à l’hôtel je me suis laver et fait ma lessive. Dans l’hôtel, il y a la télévision avec trois chaînes en français et, c’est amusant, sur TV5 il y avait une interview de Phillipe Gloaguen du "Routard". Quelle coïncidence; A Bucarest !! Sur M6 c’est le film "Cartouche" avec Jean-Paul Belmondo. Au départ, je voulais aller en camping mais le prix de l’hôtel est inférieur quoique je croyais que c’était 500 francs la nuit mais recalculer cela fait 900 francs la nuit. Qu’importe cela me permet de faire la lessive et de dormir une fois sur un matelas décent, quoique la chambre soit un peu vétuste.

Brasov

 

Parti de Bucarest, je me retrouve dans un bus pour Bran vers le Château de Dracula. Pas mal pour en arriver là. A ma descente de train, j’ai été accosté par un loueur de chambre. Celui-ci figure dans le "Lonely Planets". Il loue ses chambres à 10$ la nuit. Il était insistant. Même un chauffeur était prévu. Cinquante francs belges la course. Bon je visite de la chambre, deux salles de bains pour quatre chambres, plus une cuisine. Le quartier n’est pas génial, un peu bruyant mais pour 10$. J’avais envie d’écrire au "Guide du Routard". C’est vrai !! Pourquoi y aurait-il que des anglophones qui en profiterait. C’est pas dégeux et puis bon marché. En plus le gars, il aide. On a droit à une carte (autre chose que celle du "Routard"), il aide aussi à trouver Bran parce que le bus 20 (sur lequel ne figure aucun numéro) c’est pas facile de savoir où le prendre. Quant au réservation de train, c’est pas simple non plus. Il a même conduit une japonaise jusqu’à l’arrêt du bus pour Bran. Donc je l’ai revu 3 fois. La chambre n’est pas dans le centre historique mais c’est à 5 minutes à pied.

 

 

Bran, c’est pas terrible. Le château est petit. On dirait un château Barbie mais la balade est belle. Douze francs pour aller jusqu’à Bran, c’est pas cher surtout pour 30 kilomètres.

 

Quelques réflexions de Dan sur la Roumanie :

- Chaque Roumain connaît le moteur de sa Dacia.

- Il ont tout mais il ne sont pas assez riche que pour se le payer.

 

Brasov est divisé en deux, d’une part une énorme cité H.L.M. fruit du socialisme et d’autre part une vieille ville très belle. On se demande d’ailleurs si les socialistes n’était pas idiot vu ce qu’ils ont détruit. Dan me parle d’un tremblement de terre à Bucarest en 1977. Seul les immeubles socialistes ont résisté. Plus solide et conçu pour résister à une amplitude de Richter plus forte.

 

A l’endroit où j’ai logé à Brasov, j’ai rencontré deux américaines étudiantes en religion, deux anglaises et un couple de Norvégien. Cela renforce ma conviction que ce genre de voyage ne se pratique que par les anglo-saxons. Coïncidence, il font à peu près le même trajet que moi.

En route pour Sighisoara

 

Me voilà dans le train pour Sighisoara. Les trains roumains c’est pas çà. Non seulement ils sont sales, inconfortables, lent, puant, mais cela irait si il n’y avait pas ce système de réservations. Chaque train a son guichet où il faut réserver. Cela ne sert à rien, car il y a de la place dans le train. C’est encore un héritage du système socialiste. Une heure pour obtenir une place qui m’a coûté sept francs cinquante. Il rigole de qui ici ?

 

Dans le train, je rencontre une fille qui parle l’anglais. Elle me confirme ce que Dan disait. Elle veut partir aux Etats-Unis et se marier avec un américain pour quitter la Roumanie. Les gens sont pauvres en Roumanie. Leur pouvoir d’achat est faible. La connaissance d’une seconde langue n’est pas obligatoire en Roumanie, cela dépend du désir de chacun. Le phénomène G.S.M. est énorme en Roumanie en raison de la vétusté du téléphone d ‘état. La preuve cela ne marchait pas à l’hôtel à Bucarest. Alors les gens achètent un G.S.M. installé par Alcatel France. Beaucoup de gens en rue circule avec un G.S.M..

Sighisoara et le phénomène « sac à dos »

 

Pour la première fois, je circule avec mon sac à dos. Deux choses m’arrive. La première, c’est la mendicité. Beaucoup d’enfant, reconnaissant en moi un étranger, me sollicite, me demande l’aumône. Deux personnes m’offre l’hébergement dont une me le propose en allemand. Mais le plus beau reste à venir.

Sur la place de Sighisoara j’ai fait quelques photos, pas grand chose sinon la maison de Vlad Tepes .Ensuite, j’ai pris mon guide du Routard. Je le parcoure. A ce moment une demoiselle m’adresse la parole. Elle veut savoir ce que raconte le guide sur la ville de Sighisoara. La fille parle en français. Jusqu’à présent, j’ai souvent été accosté en Anglais. Elle m’explique que son ami est guide touristique. En fait, il désire développer le tourisme à Sighisoara. C’est vrai, il y a moyen de faire quelque chose. C’est une belle ville et pas des masses de touristes.

Il m’explique ses projets. Il me donne un aperçu de la ville à partir de la tour de l’horloge qu’il me fait visiter gratuitement. Il me montre même une partie qui n’est pas accessible au public. Il m’explique l’histoire de la ville. En échange, je vais lui envoyer de la documentation sur la Transylvanie. Il n’a même pas voulu deux cents francs pour la visite. Effet sac à dos ? Je n’en sais rien mais quelle richesse dans la rencontre. C’est pour cela que je veux voyager de la sorte. J’espère le revoir un jour. En tous cas j’ai son adresse.

Roumanie 2ème partie

Pendant le passage de la frontière, je remarque un trafic (comme à l’aller). Cette fois se sont des cigarettes et une grosse liasse de billet de banque. Les douaniers ne sont pas tendre avec les Roumains et les Bulgares. Mais je sens qu’ils me montrent plus de respect à moi, un Belge. Il s’assied pour remplir les papiers et ne hurle pas comme sur les Roumains ou les Bulgares qui sont fouillés corps et bagages (malgré cela des choses passent encore.).

A Bucarest, je téléphone à Dan. Il me fait visiter une autre partie de Bucarest. Les parcs et le monstre construit par Ceausescu. Je loge à l’hôtel en face de la gare. J’ai une salle de bains et la télévision. J’appris que si je prenais une chambre sans salle de bains le prix aurait encore été moindre. J’ai l’impression que je voyage dans le luxe. Je regarde la télévision toute la soirée. J’ai appris l’explosion au Bazar d’Istanbul et je téléphone à mes parents pour les rassurer.

J’ai pris le train tôt le matin pour Sinaïa. Je décide d’essayer une chambre chez l’habitant. Je me retrouve dans une ferme. La chambre est correcte. Elle est propre et le prix est bas. Je regrette juste une chose : la pluie qui tombe et ma méconnaissance de la langue Roumaine. Elle me permettrait d’affiner les contacts.

 

Le château Peles est merveilleux, de toute beauté. Du Louis II de Bavière dans les Carpates C’est la première fois que je dois chausser des patins pour visiter un endroit. C’est le plus merveilleux exemple de style rococo qu’il m’ait été donné de voir. A coté de cela le monastère fait pale figure même si il est plus vieux.

Je regrette d’avoir prit une chambre à Sinaïa. Je n’arrive pas à combiner le transport pour Sibiu. Je renonce, j’irait à Brasov. C’est bien gentil les toilettes chez les gens mais si la nuit ils ferment la porte comment je fais mes besoins. Je choisis finalement l’évier.

De retour à Brasov, je vais au Mc Donald. C’est là que les toilettes sont les plus propres. Ensuite je prends le bus pour Risnov : 7 francs, c’est correct. A Risnov, je monte en haut de la forteresse. Ce qu’il en reste. De là haut, une vue formidable. Les ruines ne valent vraiment pas la peine.

Je suis un peu perdu. Cela fait trois jour que je passe mon temps à attendre. Depuis Sophia où il n’y a rien à voir. J’essaye d’aller plus loin que Brasov mais en deux heures, j’en ai fait le tour. Sinaïa, j’en ai fait le tour en quatre heures et encore j’ai pris mon temps.

Conséquence, mon rythme ralenti.

Je retourne sur Brasov et je découvre des choses que je n’avait pas vu. L’intérieur de l’église noire et la citadelle où je tombe en plein mariage. Je retourne à la gare où j’attend à nouveau. Je rencontre à nouveau Greg et Maria.